wifi et coworking, le top en 9 points.

wifi et coworking, le top en 9 points.

Ne pas négliger la qualité des accès internet, c'est essentiel pour travailer dans de bonnes conditions.

La question du débit internet, de la qualité du wifi, etc, doivent faire partie intégrante des la réflexion autour de la création d’un cowork.

Pour mener votre enquête, il vous faut :

  • De la patience
  • Un smartphone
  • Quelques applis gratuites comme Nperf ou équivalent.
  • Une méfiance absolue dans les propos des opérateurs
  • De la patience
  • Encore un peu de patience

 

un point sur les notions de débits descendants et montants me semble utile car il s’applique à toutes les parties d’un réseau.

 

En réseau il y a deux directions que prennent les données. La direction descendante, quand vos coworkers consultent leurs emails, des pages web, des vidéos et la direction montante, quand les coworkers envoient des emails, partage de document sur le cloud.

 

Quels sont les usages et impacts sur les besoin en débit.

 

L’avis de Lionel, du Cowork’in :

Il est difficile de prédire les usages, mais vous êtes rapidement au courant quand quelques choses ne va pas, “j’arrive pas à me connecter sur internet” ou “pffu c’est long” sont des phrases que  vous pouvez rapidement entendre.

 

Vos besoins en débit vont dépendre des usages :

Les usages qui consomment peu : les emails et la navigation

Les usages qui consomment en descendant : les vidéos sur internet, les téléchargements, les mises à jour des windows et antivirus.

Les usages qui consomment beaucoup dans les 2 sens : les synchronisations sur le cloud (google drive, dropbox) et la VOIP (skype)

 

La VOIP est le point noir car même si son utilisation est moindre par rapport aux autres c’est elle qui donne à votre espace envie de revenir ou pas.

 

Une conf call de rater et votre coworker vous trouvera gentil, agréable, mais bon chez lui ça fonctionne mieux.

 

1 - Trouver le meilleur opérateur, le vrai.




 

Curieusement, les lignes dans les villages sont souvent reliées à des équipements d’opérateurs sur-dimensionnés, avec peu de lignes effectivement connectées, donc des débits réels excellents pour peu qu’on ne soit pas trop éloigné du DSLAM (cette bicoque sur-protégée dans un coin du village, toujours éclairée, dont l’accès est strictement interdit…)

En zone plus urbaine, c’est souvent l’inverse : les équipements sont souvent en surexploitation.

Quelques sites comme ariase, bonabo etc vous permettrons d’identifier le point de raccordement le plus proche, le DSLAM , quels opérateurs y sont disponibles etc.

 

Pour l’instant le meilleur qui donne les informations sur votre ligne est ovh.com. Distance, qualité de la ligne, perte en décibel. Sur ces données ce qui vaut pour lui, vaut pour les autres. Mais attention comparer avec d’autres opérateurs à technologies égales.

 

DSLAM (prononcer /deslam/), est le sigle de l'anglais « Digital Subscriber Line Access Multiplexer », soit en français, « Multiplexeur d'Accès à la Ligne d'Abonné Numérique » (plus simplement : « Multiplexeur d'accès DSL »).

 

Attention, les débits annoncés commercialement sont toujours très approximatifs.

Ne croyez JAMAIS sur parole ce que vous annoncent les opérateurs.

 

Vous ne retiendrez donc de ces infos que le nom du DSLAM, son niveau d’équipement (ADSL, VDSL2+, Fibre, équipement des différents opérateurs…) mais surtout : VOTRE LONGUEUR DE LIGNE (la longueur du cable qui va du DSLAM à votre box).

 

Par exemple, le Relais SML et les Jardins du Village sont connectés à seulement 108 m de ligne du DSLAM SML-34,

Rien ne remplacera alors une enquête de terrain : voisins, amis, commerçants.

  • Demandez leur l’accès à leur réseau le temps de lancer une appli de test comme Nperf
  • Prenez une capture d’écran des résultats de chaque test.
  • Comparez les relevés dans un tableur, en pondérant chaque résultat de la longueur de ligne de chacun.

Vous pourrez alors comparez, en notant bien chaque relevé, trouver les meilleurs opérateurs et pondérer avec votre propre longueur de ligne.

 

https://lh3.ggpht.com/4FKaTC7-Rcqz5H1wNrFq7dDNXb2XZTRV7XGEI-Ty5Vgea-cfsMP8xntTSLc1JG72my_W=h900-rw

 

Renseignez-vous également sur les bonds technologiques imminents :

Par exemple, depuis le VDSL2+ (une évolution de l’ADSL), la connection du Relais SML est passée de  :

  • 24 à 83 Mbs/s en débit entrant, (download)
  • 900 Kbs/s à 24 Mbs/s, (upload)
  • avec seulement 108 mètres de ligne

 

Illustration http://www.zdnet.fr/u/025/185/014bc86d5042f014.jpg

 

Des amis, plus au coeur du village, ont un débit de moitié dans les deux sens, avec une longueur ligne de 200 m.

Au delà de 1500 mètres de ligne, le débit est pire encore qu’en ADSL.

 

Pour résumer :

  • Trouver des locaux proche très proches d’un DSLAM
  • Viser les DSLAM avec peu de lignes connectées.
  • Trouver le meilleur opérateur sur ce DSLAM




L’avis de Lionel, du Cowork’in :

En ville la surcharge du DSLAM est le point noir, comme la qualité des équipements mis en place par l’opérateur. Mais l’avantage est qu’il y a plusieurs technologies qui arrivent au pied de votre coworking. Il existe 3 technologies majeures :

Téléphonie ADSL, ADSL2+, VDSL, SDSL

Câble

Fibre

 

Nous avons opté pour 2 opérateurs sur 2 technologies différentes. Le cable présente de bonnes performance en débit montant et descendant.

2 - Optimiser la ligne

Vous avez trouvé les locaux, choisi votre opérateur, vous attendez votre box avec impatience.

C’est le moment idéal pour s’occuper utilement : Épurez votre ligne téléphonique à l'extrême.

- Identifiez la prise téléphone murale principale

- débranchez physiquement toutes les autres prises murales téléphone existantes (tournevis, ouvrir, débrancher, refermer..)

- Raccordez votre box qu’elle est belle et qu’elle vient d’arriver le plus sobrement possible : aucun chichi, des câbles courts, de la meilleure qualité !

 

Il s’agit de faire en sorte que votre liaison soit la plus “claire” possible avant même d’atteindre votre box.

Personnellement, la Freebox me semble être le choix, car entièrement paramétrable et disposant de nombreuses applis de gestion d’excellente qualité.

Gros bonus, Free offre une IP fixe automatiquement. Si vous n’en voyez pas encore l’intérêt…. ça viendra vite :-)

 

Pas de gestion par les box mais par un routeur, plus simple et les box ne transitent que des données.

 

3 - Le Wifi : Le maillon faible ou atout du coworking

 

  • Coworker à partir d’une box d’opérateur ou comment écoeurer ses coworkers

 

Faites l’essai chez vous :

 

-Invitez des amis à coworker,

- partagez le wifi de votre box (attention vous êtes déjà dans les limites de la légalité, nous y reviendrons)

- demandez leur à tous de connecter leur ordinateurs, smartphones, tablettes… et de se mettre à travailler.

 

- Mesurez alors les débits disponibles à partir de votre smartphone



Vous constaterez vite que, même avec un très bon débit de votre opérateur, il est vite impossible d’utiliser Skype, même sans image par exemple.

 

Pourquoi :

Même si une Freebox a un super wifi d’origine, elle ne fait que diviser la bande passante disponible par le nombre d’appareils connectés.

 

Côté box :

Débit d’entrée envoyé par l’opérateur : : 84 Mbs/s, là tout va bien.

Débit Wifi maximum pour une Freebox : 300 Mbs/s, on se dit chouette youpee !

On a plus de débit en wifi que l’opérateur n’en fournit de toutes façons, tout va bien… et bien non !

 

Coté appareils reliés au Wifi :

 

300 Mbs/s / 10 coworkers ayant chacun 2 appareils = 15 Mb/s disponible par appareil,

7,5 Mb/s utilisés par votre appareil pour l’envoi vers la borne wifi

7,5 Mb/s pour la réception depuis la borne wifi.

 

Mais chaque appareil connecté au wifi n’aura droit au final qu’au débit d’arrivée (le débit opérateur) divisé par le nombre d'appareils connectés soit :

84 Mb/s / 20 = 4,2 Mb/s…. en arrivée (en download)

24 Mb/s /20 = 1,2 Mb/s en envoi de fichier (en upload)

 

C’est à dire l’équivalent d’une très très mauvaise connection ADSL  pour chacun…

De quoi rapidement décourager les plus motivés.



CQFD : Une box habituelle n’est pas adaptée à un usage en coworking.

Malgré un excellent débit fourni par l’opérateur, le nombre d’appareils connectés détruit rapidement les performances.

 

Il est rapidement impossible de travailler avec le WIFI d’une box d’opérateur.

 

DON’T PANIC !

 

4 - La solution câblage

 

Le câblage est une opération souvent coûteuse et de plus en plus d'appareils n’ont même plus de prise réseau.

Elle sera réservée à des usages très particuliers comme de transferts de très gros fichiers qui ne tolère pas la moindre micro-coupure de réseau.

 

Cabler les bornes wifi pour assurer de la qualité.

 

5 - Le CPL :

Je n’ai personnellement jamais croisé d’installation de CPL, aussi simple soit elle, qui ne soit pas régulièrement une source de bugs, déconnections aléatoires, etc.

En transitant par le réseau électrique, les connections réseaux sont soumises à tous les parasites des appareils branchés sur le même réseau (le frigo ou le micro onde qui se déclenche, le chauffe eau…).

 

Le Wifi peut donc rapidement être vu comme un emmerdement majeur mais indispensable, donc, quitte à y investir du temps, et un peu d’argent, autant en faire un véritable plus pour votre espace.

6 - Choisir un quoi ? Un AP Wifi A/C machin truc ?

 

Oui, il vous faut un bon Wifi AP (point d’accès wifi), en dual-band (deux fréquences 2,4 et 5 Ghz)... et voici pourquoi :

 

Un bon AP se branchera sur votre box par un simple câble réseau

Un bon AP remplacera la partie Wifi de votre box,

Un bon AP attribuera des accès aux uns et aux autres suivant des règles que vous pourrez définir

 

L’avis de Lionel, du Cowork’in :

Nous c’est le routeur.

 

Un bon AP répartira les débits non pas en divisant simplement par le nombre d'appareils connectés, mais en fonction des besoins réels des uns et des autres.

Un bon AP en dual band vous donnera un bon débit à courte portée dans les bâtiments (5 ghz)

Un bon AP en dual band vous donnera un bon débit sur de longues distances sans obstacles dans la bande des 2,4 Ghz

 

Typiquement, avec le wifi d’une box, vous êtes sur Skype avec votre tablette, vous ouvrez un mail sur votre téléphone et… Freeze sur Skype tout est bloqué.

Avec point d’accès intégrant la “qualité du traffic”, non seulement chacun a son propre accès, parfaitement isolé, mais surtout la garantie d’avoir, en temps réel, le débit le mieux adapté à son besoin.

 

  • Pourquoi le “A/C”, ou Dual-Band est si important :

 

La plupart des nouveaux appareil (Smartphones, tablettes, ordinateurs) permettent de se connecter sur 2 fréquences en wifi :

-  2,4 Ghz (norme “habituelle), jusqu’à 450 Mb/s  pour les bons AP

-  5 Ghz (nouvelle norme), jusqu’à 860 Mbs/s

 

Donc, si vos 10 coworkers se connectent, et dans l’hypothèse ou ils auraient tous besoin d’un maximum de débit dans les deux sens au même instant et sur tous leurs appareils :

 

Disponible avec le Super AP Dual band machin truc :

450 Mb/s + 860 = 1310 Mb/s divisés par les 20 appareils des 10 coworkers = 65,5 Mb/s

 

Soit plus du double de la même situation avec le wifi d’origine de votre box, et en plus,cela n’arrive jamais grâce à la régulation intelligente du traffic.

 

La répartition de la bande passante se fait en fonction des besoins des uns et des autres à chaque instant.

Si l’un d’entre vous est en vidéo conférence en HD, il sera prioritaire sur ceux qui vont simplement à la pêche aux mails sur leur tablettes par exemple.

Et pourtant chacun dispose d’une connection directe à internet, parfaitement “étanche” et sécurisée.

 

Désactivez le WIFI de votre box, branchez un câble réseau et branchez y un truc de ce genre :

 

http://www.doubleradius.com/c.283276/site/stores/ubiquiti/Ubiquiti-UniFi-AC-Comparison-Chart.jpg

 

Vous pourrez ensuite imaginer un réseau composé de plusieurs AP, gérer le tout de façon centralisée, facilement.

 

7 - Fiabilité, sécurité, confidentialité, responsabilité : vous voici dans une nouvelle ère !

 

  • La technologie du wifi progresse bien plus vite que les box des opérateurs n’arrivent à évoluer. En quelques années les débits ont grimpé, les technologies se sont affinées. Ces nouveaux AP sont, à mon avis, moins “polluants” que le wifi d’une box ou du CPL : en période d’inactivité, le signal est réduit au minimum, et certaines bornes intègrent même une notion de “beamforming” : le signal envoyé peut être courbé, contourner un obstacle, ricocher, pour une connection avec un appareil précis !
  • Toutes les questions de gestion de réseaux, d’adresses, de droits etc sont au point et accessibles à des non geeks, avec des interfaces super simples, des applis etc.

 

Le cadeau bonux avec les AP de niveau professionnel : la gestion en SAAS de tout ce qui est ennuyeux.

 

Avec les utilitaires fournis avec votre AP, souvent même accessibles par un appli super simple, vous pouvez paramétrer toute la sécurité des accès, les horaires, les forfaits, tout...

 

Et cela tombe bien : vous avez une responsabilité légale qui peut, dans certains cas, être lourde de conséquences.

Imaginez : Un nouveau coworker vient faire un essai de quelques jours, vous lui donnez le code de votre wifi personnel, n’ayant pas de réseau adapté au coworking.

Quelques jours plus tard, vous apprenez un nouveau wikileak, des hommes en noir débarquent, demandent qui est le titulaire de la ligne et vous voici avec une cagoule sur la tête en vol pour Guantanamo….

La loi française prévoit, elle, jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et plusieurs centaines de milliers d’euros d’amende… si vous ne tenez pas un journal précis des connections…

 

8 - Bienvenus dans le Cloud, vive les SAAS !

Quitte à avoir du bon wifi, et à remplir ses obligations légales…. autant confier à une appli en cloud le soin de tout gérer, avec une solution en SAAS (Software As A Service).

En gros ces applis très complètes, stockées dans un cloud, accessibles depuis tous vos appareils en temps réel, permettent de gérer tous les processus répétitifs.

 

La quasi totalité de la paperasse va disparaître du décor, pour vous, pour vos coworkers, ce qui vous laisse à tous du temps pour l’essentiel : l’humain.

 

C’est tout l’intérêt d’offres comme Nexudus ou Cobot qui vous permettent, sur la base des journaux de connections des différents appareils, de gérer toutes vos obligations légales, les facturations de forfaits, de temps, les réservations, les impressions, les paiements en ligne, et même les serrures avec un véritable contrôle d’accès sur mesure si vous voulez.

 

Pour la mise en place du tout, j’ai personnellement fait appel à Adrian, co-fondateur de Nexudus, pour venir installer le tout après avoir fait mes choix d’équipements en connaissance de cause.

Plus d’un an après, je sais que j’ai fait le bon choix.

 

Au final, et à la louche, pour une installation sérieuse, pérenne et évolutive, comptez :

  • 2 à 3000 € d’investissement initial,
  • un renouvellement de 20% par an, soit 600 €.

 

Pour le Relais SML, il s’agit d’une installation avec 2 bornes intérieures, une borne extérieure, un routeur central Mikrotik, deux jours de travail d’Adrian.

Le renouvellement concerne les AP, qui seront toutes en Dual Band machin bidule top plus avant fin mars 2016.

Gardez à l’esprit qu’il y aura toujours un tout nouvel appareil qui viendra se connecter, toujours plus exigent.

Par exemple, l’utilisation d’AP sans attribution intelligente de bande passante devient infernal dès qu’un PC sous Windaube () 10 s’y connecte…. Pour peu qu’il ai à faire sa grosse mise à jour du matin...

 

- une offre Internet nue (sans ligne téléphone) suffit.

 

  • Borne 4G de secours, avec un forfait mini (quitte à dépasser le forfait en cas de panne de temps en temps)
  • L’abonnement à Nexudus ou Cobot (variable en fonction du nombre de factures par mois), avec des seuils plutôt bien étudiés et vous comprendrez vite qu’ils sont raisonnables / service rendu.

 

Ces coûts d’abonnement à des logiciels de gestion sont, à mon sens, largement couverts par la disparition du besoin d’un serveur dédié, sur place, tournant 24/365, mais surtout une mise à jour permanente du logiciel, dont les équipes gèrent, indirectement mais en temps réel, plus de 1000 coworks chacun, bien plus encore de coworkers, sur tous les continents.

Il en existe d’autres, certainement très bien. Je ne les ais pas étudiés.

 

Pas besoin d’un serveur dédié, je comprend pas trop.

Nous c’est l’inverse, pas de solutions SaaS. Trop de gestion tue le gestionnaire ;)

Le problème du SaaS c’est le non retour sur la pérennité, aucune possibilité d’évaluer la sécurité. A l’heure actuelle, il y a plus de risque d’avoir une fuite de ses données que des hommes en noir qui vous demandent qui est venu.

9 - Le 2eme cadeau bonux : les stats les outils en ligne, les bidules et les machins !

Vous allez pouvoir trouver, et partager, tout un tas de stats de fréquentation, moments calmes…. tout ce que vous voudrez pour piloter au mieux votre cowork, en fonction des usages réels de vos coworkers.

Nexudus est un logiciel en “White paper”, c’est à dire super réglo : chacun a un accès complet à ses informations en permanence, avec un droit complet de modification ou de suppression des infos.

 

Plein de trucs, de fonctionnalités, ne prendront du sens qu’après un certain temps, le temps que des stats pertinentes se dessinent.

 

En fait, toutes les fonctionnalités dont vous pourriez avoir besoin un jour… y sont probablement déjà ou en préparation… : gestion des plannings de réservation, des forfaits, des salles, des factures, des groupes de travail, les newsletter, les courriers aux membres….. tout !

 

Sinon, il suffit de demander et la mise a jour est souvent faite dans les 24 h, tout le monde en bénéficie :-)

 

Essayez de demander une mise à jour sur mesure et sans douleur pour Windau… 10…. Bonne chance !



Toute ressemblance avec des personnages réels n’est pas fortuite.
Je ne suis ni technicien ni ingénieur, ni sponsorisé par qui que ce soit.
Juste un utilisateur qui a un peu l’habitude de définir des cahiers des charges pour des réseaux évolutifs et résilient, depuis quelques années… décennies.




Commentaires